Jerada : Sur fond d’arrestations, le Hirak se féminise

La ville de Jerada est sous tension. Le nombre des arrestations dans les rangs du Hirak augmente. Le nouveau comité du mouvement, composé essentiellement de femmes, exige la libération des détenus et entend continuer son programme de contestation.

Dimanche à 14 heures, des dizaines de manifestants à Jerada ont entamé une marche à pied vers Rabat. «Arrivés à Laâyoune orientales (40 Km depuis Jerada), un groupe a décidé de rebrousser chemin tandis que les autres ont décidé de poursuivre leur mouvement. Ce matin, ils ont atteint Taouriret, où les forces de l’ordre les ont encerclés», raconte à Yabiladi Said El Manajami, un acteur associatif local.

Cette action intervient dans un contexte tendu. A Jerada, les récentes arrestations dans les rangs des membres du Hirak n’ont guère contribué à apaiser la colère des habitants. «Pour l’instant, il y a eu cinq interpellations : deux effectuées samedi et trois autres hier. Les personnes arrêtées sont Mustapha Idânine, Aziz Boudchiche, Amine Mekllache (un artiste), Anas Chaker et Tarel El Amri. Jusqu’à présent, le parquet général n’a pas encore communiqué sue les faits reprochés aux quatre membres du Hirak», ajoute notre interlocuteur.

Le Hirak mené par des femmes

Samedi 10 mars, le procureur général du roi près de la Cour d’appel d’Oujda annonce que «les informations véhiculées par certains sites électroniques et réseaux sociaux, liant l’arrestation du dénommé Mustapha Idânine à Jerada aux évènements que connaît cette ville sont dénuées de tout fondement (…)». Le Parquet explique qu’«il s’agit d’un accident de circulation commis par l’individu, le 8 mars 2018 à 01h00. L’enquête est toujours en cours».

«Au départ, la contestation à Jerada a porté trois revendications urgentes à satisfaire. Désormais, elles sont quatre. Nous exigeons la libération immédiate des cinq détenus», nous confie avec enthousiasme Fatima El Kaliî, la nouvelle «porte-parole» du Hirak. Il y a quelques semaines, les manifestants ont démis l’ancienne direction et élu un comité où les femmes sont majoritaires.

«Ce changement a été nécessaire. Les représentants précédents du Hirak ont encouragé de manière flagrante la population à accepter l’offre du chef du gouvernement, Saâd-Eddine El Othmani, au lieu de défendre notre cahier revendicatif», nous explique encore Said El Manjami.

Pour faire entendre la voix des habitants de Jerada, le nouveau comité du Hirak compte poursuivre sur la voie des marches et autres manifestations. «Lundi et mardi, nous allons organiser des grèves générales et jeudi, une conférence de presse est prévue. Nous n’avons pas encore déterminé le lieu de la rencontre», conclut Mme El Kaliî.

Articles similaires :

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*