CONFERENCE DE PRESSE DU MEEM CASAMANCE POUR RETABLISSEMENT DE VERITE ET DENONCIATION

Après avoir pris connaissance des résolutions du Mouvement National des Femmes (mercredi 10 janvier 2018) et du Mouvement National des Jeunes (mercredi 03 Janvier 2018) qui mentionnent entre autres :

  • l’amélioration des conditions de travail des étudiants au sein du parti et à l’université ;
  • la création de l’école du Parti ;
  • la violation chronique des Statuts, du règlement intérieur et de l’orientation du Parti ;
  • l’adaptation des statuts et règlement intérieur du parti ;
  • l’existence de dysfonctionnements graves dans la gestion des activités politiques ;
  • le non fonctionnement normal des instances régulières ;
  • le parti géré  au détriment de la majorité, car servant les seuls intérêts de son Président ;
  • l’absentéisme du Président aux réunions du Bureau Politique National ;
  • la dissolution du Bureau politique national ;
  • la création d’un Comité Ad hoc pour une prise en charge correcte du Parti ;
  • la tenue du Congrès du Parti ;

Le Bureau Politique dans le souci d’éviter des problèmes, de préserver l’unité interne et de privilégier l’intérêt supérieur de notre Parti, s’est déplacé en octobre 2017 jusqu’au domicile d’Ibrahima SALL pour l’entendre, attirer son attention et le convaincre de se départir des mauvaises pratiques qui constituent une entorse à la ligne de conduite du Parti.  

Reconnaissant les faits qui lui sont reprochés, il présenta ses excuses  et promit de ne plus récidiver ;

Au bout d’un certain temps, Ibrahima SALL, coutumier des faits, en sus  des pratiques ci-dessus mentionnées, replongea à grande vitesse dans ses mauvaises habitudes : refus de tenir des réunions pour des échanges démocratiques afin de prendre de bonnes décisions collectives, refus d’organiser des activités politiques, prise de décisions inopportunes unilatérales.

Pire, étant dans la mouvance présidentielle, Ibrahima SALL ex-président du MODEL, a toujours refusé de se déplacer à  l’intérieur du pays, pour défendre et expliquer aux populations les programmes et projets pertinents, bref, la vision de Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République du Sénégal contenus dans le PSE. Ibrahima SALL a réussi à  mettre le Parti dans une profonde léthargie jamais connue dans son histoire. Et il projette même d’être candidat à l’élection présidentielle de 2024 à défaut de celle de 2019, au moment où le Comité Ad hoc légitime se préoccupe de travailler pour la réélection du Président Macky Sall au 1er tour en 2019.

Le Comité Ad hoc légitime compte contribuer positivement et de manière notoire à la victoire du Président Macky sall.

En résumé,  les militants du MODEL reprochent à Ibrahima SALL sa mauvaise gestion du Parti.

C’est pourquoi le Bureau Politique du Mouvement pour la Démocratie et les Libertés (MODEL) s’est réuni le 24 janvier 2018 dans son siège à Castors en vue d’arrêter les décisions suivantes :

 

  • Dissolution de toutes les instances du parti et suspension de toutes les fonctions ;
  • Mise en place d’un comité AD HOC chargé de la gestion du parti ;
  • Mise en place d’un comité de validation en remplacement du Bureau Politique.

 

 

Depuis le 24 janvier 2018, toutes les instances du Parti sont dissoutes et toutes les fonctions sont suspendues, mais il n’a jamais été question d’exclure qui que ce soit du Parti, encore moins, Ibrahima SALL.

Ibrahima SALL n’est pas habilité non plus à convoquer une assemblée générale au nom du MODEL parce qu’il n’est plus Président du MODEL depuis ce jour;

Ibrahima SALL n’est pas habilité à nommer qui que ce soit parce qu’aucune instance du Parti ou fonction n’existe depuis cette date.

Par ailleurs, la nomination de Mariéme NDIAYE à la tête du Mouvement national des Femmes du Parti, lors du rassemblement des Femmes de BBY, le 8 février 2018 au CICES, la nouvelle nomination séance tenante, d’une dame pour tenter vainement de légitimer leur supposée assemblée générale du 10 mars 2018 à Dakar, relèvent de la pure utopie qui s’inscrit dans une entreprise de liquidation systématique et planifiée de GSDGnima SONKO DIEDHIOU, ancienne Présidente du Mouvement National des Femmes du MODEL, et qui n’aboutira jamais. Elue par le congrès historique du 3 septembre 2015, seul un congrès pourrait la destituer.

Le 10 mars 2018 à Dakar, le Bureau Politique fictif des hors-la-loi du Model qui n’existe que dans leur imagination,  a tenu son malheureux théâtre d’illusions pompeusement appelé assemblée générale, non officielle, parce que non tenue et non reconnue par le Comité Ad hoc légalement constitué.

Ce dernier a à son tour été  reconnu le 7 février 2018 au siège du Parti par Ibrahima SALL ex-président.

Coutumier des basses manœuvres politiciennes il a mis sur pied un autre Comité dénommé Comité de Pilotage dirigé par lui-même. Non seulement c’est une grande contradiction, mais aussi et surtout,  c’est de la comédie politique rarissime, jamais vécue auparavant.

Car reconnaitre le Comité Ad hoc, c’est reconnaitre la résolution du Bureau Politique, c’est reconnaitre les résolutions du Mouvement National des Femmes et du Mouvement National des Jeunes qui font table rase des instances du Parti et des fonctions, c’est reconnaitre également et surtout qu’il n’est plus Président.

Or, si l’on suit sa démarche consistant à se considérer toujours comme Président du MODEL et à maintenir les instances et fonctions comme si de rien n’était, Ibrahima SALL aurait dû convoquer tous les membres du bureau politique, les responsables départementaux légaux, la Présidente légale Madame DIEDHIOU du Mouvement National des Femmes, le MEEM (Mouvement des Elèves et Etudiants du Model) des sections des régions de Ziguinchor, de Sédhiou, de Kolda et du département de Foundiougne.

Après avoir été  informés par une tierce personne de la tenue de son assemblée générale, nous de la Casamance, avons été interdits d’accéder à la salle où s’est déroulée la réunion, prétextant que nous sommes du camp du Comité Ad hoc, autrement dit, celui des conformistes, des légalistes.  

Dés lors, le MODEL baigne dans une ère de cabrioles politiques et juridiques sans fin  provoquant l’évaporation des principes démocratiques, piliers de tout Parti Politique viable. Sous ce rapport, le MODEL est un véritable cimetière de démocratie et libertés internes du fait d’Ibrahima SALL et de ses acolytes.

Sur ce, nous demandons au Comité Ad hoc :

 

  • La réorganisation profonde du parti ;
  • La mise en place de nouvelles instances régulières efficaces ;
  • La prise de toutes les dispositions nécessaires pour la tenue d’un congrès démocratique en 2018.

 

 

DEMAIN IL FERA JOUR !

                                                                  Dakar, le 15 mars 2018

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*