Le film de la mort de Tabara Samb et de 8 autres détenus

La Gambie vit un nouveau jour avec l’ère Adama Barrow. Les complices de « Jah le fou » se confessent de leurs crimes. C’est dans ce contexte que le quotidien Libération a parcouru, dans sa parution du jour, les procès-verbaux d’interrogatoire des gradés de l’armée qui commettaient les exactions sous les ordres du président Yaya Jammeh. Depuis la chute du régime dictatorial, ils croupissent tous en prison. A l’exemple du sergent Amadou Badjie qui est revenu sur la nuit du 23 au 24 août 2012 où un groupe d’hommes et lui se sont rendus à la prison Mile2. Sur place, le ministre de l’Intérieur de l’époque, Ousman Sonko, un juge et le directeur de la prison les attendaient avec une liste de 9 détenus à exécuter dont Tabara Samb. Accusée de meurtre et emprisonnée, l’histoire de cette Sénégalaise avait ému tout le pays. Malgré les multiples demandes de grâce en sa faveur, le pouvoir de Jammeh annonçait son exécution pour le 28 août 2012. Selon les révélations faites par leurs tueurs, tous les prisonniers morts ce jour-là ont été étouffés. Mains et pieds ligotés avec des sacs en plastique qui recouvraient leurs têtes pour les eux et cordes autour du cou pour les autres, ils ont été étouffés jusqu’à ce que mort s’en suive. Tabara Samb a eu un mort atroce que la morale et le respect de sa mémoire nous interdisent de détailler.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*