Keur Gui fait un bilan sans concession du septennat de Macky Sall

L’année 2019 commence en rap au Sénégal. Le groupe Keur gui Crew a dévoilé sa nouvelle vidéo « 10 cours de la nation », qui clashe sans fard le président actuel et son régime.

Après « Diogoufi » sorti il y a 5 ans, le groupe de Kaolack (Est du Sénégal) se fait encore l’écho des revendications sociales du peuple sénégalais.

Son nouveau titre fait allusion au discours à la nation que tient traditionnellement le chef de l’État pour présenter ses vœux et un peu son bilan au peuple.

Le groupe engagé propose lui aussi son discours de la nation, pour dessiner un tableau plus que sombre du pays sous le régime de Macky Sall.

Le groupe Keur Gui est formé d’un duo de rappeurs engagés venant de Kaolack. Membres fondateurs avec d’autres, du mouvement Y’en A Marre qui joua un rôle déterminant dans l’alternance politique de 2012 au Sénégal, Thiat et Kilifeu les deux compères du groupe ne cessent de dénoncer les politiques véreux, la corruption et de prôner le changement en faveur d’une jeunesse consciente.

Keur Gui s’est associé à d’autres musiciens et journalistes pour former le mouvement Y’en a Marre, en vue de mobiliser les jeunes contre l’ex-président Wade en 2011. Au cours de leur campagne, Keur Gui a enregistré des chansons qui sont devenues les cris de ralliement du mouvement.

Le groupe a effectué une tournée nationale dans un camion à plate-forme avec système de son intégré, en compagnie d’autres musiciens-activistes, jouant dans de petites villes et villages, et transmettant leur message aux communautés éloignées. Cela fut essentiel pour la victoire de Macky Sall dans un pays où la moyenne d’âge est légèrement supérieure à 18 ans et où 70% de la population vit en zones rurales.

Les actions de Y’en a Marre ont été cruciales pour assurer la défaite de Wade et son remplacement par le président sénégalais actuel Macky Sall.

Après l’accesion de Macky Sall au pouvoir, Keur Gui a poursuivi son militantisme. Au Sénégal, où les politiciens ont toujours cherché à légitimer leurs gouvernements en s’appropriant des musiciens populaires, Keur Gui s’est vu offrir une part du butin du nouveau régime. Ils ont refusé et ont insisté sur le fait que leur vision n’était jamais de simplement changer les dirigeants élus. Y’en a Marre plaide pour une véritable transformation démocratique au-delà de l’urne, avec le concept innovant du « Nouveau Type de Sénégélais, NTS ».

Cette nouvelle vidéo très virulente, marque un pas de plus dans le combat que mène Keur Gui pour la démocratie et la transparence, alors que le Sénégal s’apprête à organiser de très importantes élections pour réélire ou pas Macky Sall.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*