Philippines : le président Duterte ordonne à l’armée de le fusiller à cette condition

Le président philippin, Rodrigo Duterte, a ordonné à l’armée et à la police de lui tirer dessus s’il devenait un dictateur et refusait de quitter le pouvoir après la fin de son mandat.

Le dirigeant charismatique a tenté de dissiper les spéculations qu’il avait ordonnées aux loyalistes du Congrès de changer la constitution pour introduire un système fédéral qui lui permettrait de rester au pouvoir après 2022, lorsque son mandat unique prendra fin.

« Si je brigue un autre mandat et que je cherche à devenir un dictateur, tirez sur moi, je ne plaisante pas », a déclaré Duterte aux soldats lors d’une visite à la base militaire, ajoutant que les forces de sécurité ne devraient permettre à personne de modifier la constitution.

« C’est votre devoir de protéger la Constitution et la population. Rappelez-vous, c’est votre devoir solennel ».

Duterte a préconisé le fédéralisme pour lutter contre les inégalités, autonomiser les provinces et reconnaître la diversité du pays.

Jeudi dernier, les membres de la chambre basse du parlement ont voté pour la convocation d’une assemblée constituante pour réviser la charte avant le mois de mai de cette année, supprimant les élections de mi-mandat l’année prochaine et prolongeant les mandats de tous les élus.

La réforme constitutionnelle a été un sujet de discorde, les critiques accusant les législateurs d’essayer de prolonger leur mandat, ou de chercher un moyen pour le très populaire Duterte, de s’accrocher au pouvoir après son mandat.

Cependant, le porte-parole de Duterte, Harry Roque, a déclaré à plusieurs reprises que le président n’a aucune intention de s’accrocher au pouvoir et qu’il préférerait prendre sa retraite plutôt.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*